Archives de Catégorie: Vie de bib

Journée « Jeux de société »

Dans le cadre de mon travail, on m’a confié une mission spéciale : tester des jeux de société et les présenter aux bibliothécaires pendant une journée de formation.

L’objectif est de donner des outils pour réaliser des animations en bibliothèque lors d’accueils de classe, d’animations ponctuelles et pourquoi pas mettre en place des tournois intergénérationnels « les anciens VS les jeunes » par exemple !

Car pour moi, le jeu (vidéo ou de société traditionnel) a sa place en bibliothèque pour de nombreuses raisons :

  • changer l’image de la bibliothèque en y intégrant une dimension ludique,
  • permettre une réappropriation des lieux et des espaces par le jeu,
  • favoriser la mixité des publics et donc intensifier le rôle social de la bibliothèque,
  • ou tout simplement pour proposer une offre culturelle élargie et plus adaptée aux pratiques du public.

En bonne professionnelle et pour mener à bien ma mission, j’ai mis en place un plan d’action pour combler mes lacunes en matière de jeux de société :

D’abord, réalisation d’un état des lieux qui m’a permis de joindre l’utile à l’agréable :

Dans ma ville, il existe à ma connaissance deux restaurants qui proposent des jeux de société : le Strata J’aime et le Tapa’jeu.  Pour le moment, je n’ai testé que le premier et je suis conquise. L’ambiance est conviviale, l’accueil chaleureux, on y mange de bons hamburgers et surtout ils proposent un éventail de jeux assez impressionnant. Ils organisent aussi des tournois et des rencontres avec des concepteurs de jeux, dernièrement c’était Maka Bana. Je vous encourage fortement à y aller.

Ensuite, mise en place de partenariats :

il a fallu trouver des gens motivés et avec qui on rigole bien : la famille, les amis et des collègues ont été réquisitionnés.

J’en profite pour remercier Super Lucie qui a vraiment assuré et aussi Juliette, Allan, Jérémy, Guillaume, Sandra, Mickaël, Vincent, Corinne, Cécile et mes parents bien sûr…

Nous avons donc testé Timeline, Bohnanza, Rivers dragons, Jungle speed, 7 wonders, Linq, Duplik, Loups garous, Pitchcar, Dixit, Saboteur, Bazar bizarre, Jungle speed, Formula D et j’en passe…

Voici un petit aperçu :

times-up-BLEU-jeu-de-societeTime’s up !

Créé en 1999, Time’s up est édité en France par Asmodée. Ce jeu se joue en équipe donc choisissez bien votre équipier : il devra être rapide, avoir de la mémoire, un peu de culture, être un pro du mime, mesurer au moins 1,90 m et être beau gosse… euh nan, là je m’égare! Bref, le but du jeu est de faire découvrir un maximum de personnages en trois manches, chaque manche étant avec les mêmes cartes.

1ère manche : pour faire deviner le personnage, on peut dire ce qu’on veut sauf le mot à faire deviner évidemment. 2ème manche : faire deviner le personnage en disant un seul mot et 3ème manche, c’est là que c’est drôle, on ne parle plus mais on mime, on fredonne et on fait des bruitages…

Il existe plusieurs versions que je veux tester : le Time’s up! Academy (avec des titres d’œuvres à découvrir dans le domaine de l’art, du cinéma, de la chanson, de la littérature, des séries Tv) et le Time’s Up! Purple ( qui inclut une 4ème phase de jeu appelée « la pose ».)

7-Wonders-Boite-du-jeu

 7WONDERS

Voici un autre jeu distribué par Asmodée et créé par Antoine Bauza. Il s’agit d’un jeu de civilisation. Le but étant d’obtenir le plus de points de victoire en construisant sa merveille : phare d’Alexandrie, jardins de Babylone, Pyramide de Gizeh… en trois étapes qui correspondent à trois âges.

Pour construire sa merveille, il faut disposer des ressources nécessaires (argile, verre, or, pierre…) et développer une armée, la science, le commerce, des bâtiments (pas d’inquiétude, il y a une bibliothèque !).

Je ne rentre pas dans les détails mais c’est un jeu vraiment sympa et relativement simple à intégrer pour un jeu de civilisation.

img-51e5221c66d3d LINQ

Edité par In ludo Veritas, Linq est un jeu d’espions et de contre-espions. A chaque partie, il s’agit de découvrir qui est espion grâce aux mots qui sont prononcés et qui constituent des indices.

L’idéal pour apprécier ce jeu, est de jouer avec le nombre maximum de joueurs, c’est à dire 8 et là, ça devient vraiment drôle.

Mention spéciale à l’indétrônable Pictionary qui est mon jeu préféré. Pas la peine de le présenter, tout le monde le connait, c’est une valeur sûre!

26-4-2012-15-59-pictionary-13640

Et un petit dernier pour la route : Abalone, juste parce que j’ai battu un collègue qui ne s’en est pas remis 😉

img-51ce98d02eb1b

Et surtout n’oubliez pas, l’important c’est de gagner !

Publicités

5 Commentaires

Classé dans Jeux de société, Vie de bib

La nouvelle tendance : Le mug cake

Bien emmitouflée dans mon plaid, en pleine révision pour le sacro-saint concours, j’étais totalement absorbée par la lecture d’une revue professionnelle de premier ordre quand je suis tombée sur un article de fond qui m’a semblé fort intéressant :

IMGP3414

©tribulationsdunebib

Et oui, j’ai failli passer à côté de la nouvelle tendance de l’automne : le mug cake. Le mug cake ou « gâteau tasse » (c’est moins glam, je vous l’accorde) va être le meilleur allié de nos dimanches, vous savez, quand il fait froid, qu’il pleut, qu’il n’y a plus rien à manger dans le frigo ni dans les placards et qu’on est tout mou mais que c’est l’heure du goûter  et qu’on a faim.

Sachez que cette nouvelle tendance qui nous vient, bien sûr, des Etats-Unis, est en passe de détrôner les cupcakes, macarons et autres whoopies, rien de moins que cela. Aujourd’hui, j’ai décidé de tester pour vous ce fameux mug cake (ok, on n’est pas dimanche mais franchement vu le temps, c’est tout comme).

La recette de ma revue annonce 5 minutes top chrono, allez c’est parti !

IMGP3395

©tribulationsdunebib

On met d’abord 30g de beurre et 10 carrés de chocolat dans un mug, on fait fondre 30 secondes au micro-ondes (un peu plus longtemps pour moi, mon micro-ondes est vieux). On mélange, on ajoute 20g de sucre, 20g de farine et 1 oeuf. On mélange à nouveau et on remet au micro-ondes 1minute puissance maximum.

IMGP3396

©tribulationsdunebib

IMGP3397

©tribulationsdunebib

Et voilà, c’est prêt et je vous assure que c’est délicieux et effectivement, ça m’a pris à peine 5 minutes !

IMGP3399

©tribulationsdunebib

IMGP3400

©tribulationsdunebib

Vous trouvez que c’est un gâteau de fainéants ? c’est un peu vrai mais je préfère croire que c’est un gâteau qui permet simplement d’optimiser son temps et pour celles et ceux qui n’ont pas envie de passer des heures en cuisine, c’est royal!

En bonne bibliothécaire que je suis, j’ai tout de suite cherché des références de livres sur le mug cake et il y en a très peu pour le moment, un titre aux éditions Marabout, collection Petits Plats : Mug cakes, prêts en 2 mn au micro-ondes de Lene Knudsen et un autre aux éditions Larousse : Mug cakes au micro-ondes pour gourmands pressés (j’ai choisi celui-ci).

IMGP3413

©tribulationsdunebib

Alors, je sais que nous sommes en période de fin de budget mais pour une fois, soyons des bibliothécaires à la pointe de la tendance et si ça n’est pas déjà fait, pensez à rajouter un livre de recettes sur le mug cake dans vos toutes dernières commandes. Dans notre métier, nous nous devons de répondre aux attentes du public, nous le savons tous, mais soyons fous, tentons l’impossible, tentons d’anticiper les attentes de notre cher public. Les parents qui sont débordés par leurs gamins, qui n’ont pas le temps de cuisiner un gâteau aux trois chocolats ou l’étudiant sans le sou ou les gourmands pressés ou ceux qui n’aiment pas faire la vaisselle… seront sûrement ravis de découvrir dans leur bibliothèque la solution à leurs problèmes et qui sait, un jour peut-être, c’est le bibliothécaire qui créera la tendance.

En souvenir de ce génial week end à Saint-Malo pour Quai des bulles en compagnie d’amis vraiment très chouettes : Juliette, Dephine, Bulle Tine et  l’Amiral, le prochain mug cake que je vais tester sera Le mug cake breton façon far (quoi ! c’est sacrilège, le far breton au micro-ondes ?!).

18 Commentaires

Classé dans Cuisine, Vie de bib

Le désherbage en bibliothèque

Depuis un an maintenant, je travaille dans une BDP où je suis bibliothécaire référente pour un secteur géographique. Etre bibliothécaire référent, c’est se déplacer en bibliobus pour faire des échanges de livres dans les bibliothèques, conseiller les bibliothécaires, les former et les aider dans leur travail et notamment les aider à désherber leurs bibliothèques… Je dois dire que c’est une partie de mon travail que j’adore !

IMGP3380

©tribulationsdunebib

Aperçu de mon bibliobus

Pour les néophytes et pour faire simple, le désherbage c’est l’opération qui consiste à enlever de la bibliothèque les documents qui ne peuvent plus être proposés au public parce que trop anciens, trop abimés…

Bref, il y a quelques temps, une bibliothécaire de mon secteur me demande de venir l’aider, elle et son équipe, à désherber leur petite bibliothèque en me précisant que c’est quelque chose qu’elle a dû mal à faire passer auprès de ses collègues…

Accompagnée de mon binôme et armée d’un dynamisme à toute épreuve et de toute la diplomatie dont je suis capable, je commence  à expliquer l’importance du désherbage, les critères… bref, tout le laïus classique du bibliothécaire. Puis, on commence à désherber, je jette sans ménagement des bouquins qui ont 30 ans, les géo d’il y a 15 ans et tout un tas de vieilleries et je les encourage à faire de même.

Quand soudain, je tombe sur un livre qui m’émeut jusqu’au tréfonds de mon âme (si si, je vous assure !), un livre qui a 39 ans et qui est tout rafistolé, un livre que je dois donc désherber… sauf qu’il s’agit d’un livre qui a bercé mon enfance :

IMGP3391

©tribulationsdunebib

Les bibliothécaires me disent que je peux le jeter ce bouquin parce qu’il a fait son temps tout de même ! Sauf que moi, je n’arrive pas à m’y résoudre… Je leur raconte que ça me rappelle la cuisine avec ma maman, que ce sont mes premiers souvenirs culinaires et on commence à discuter Tupperware, elles évoquent leurs propres souvenirs avec leur fille ou leur petite fille…

Et là, à l’unanimité et avec de grands sourires, elles décident de me le donner* sous le regard amusé et un brin moqueur de mon collègue. Je vous assure qu’après cet épisode nostalgique, le désherbage s’est passé comme sur des roulettes !

En parlant de nostalgie, j’en profite pour faire un peu de pub pour le blog d’une copine, Miss Broc qui chine pour vous des objets Vintage des années 50 à 70. Moi, je craque pour la pomme à glaçons Veropam !

*Pour les puristes de la loi, rassurez-vous, ce livre était déjà un don.

10 Commentaires

Classé dans Cuisine, Vie de bib

J’ai testé l’application Barcode Scanner

J’ai enfin testé l’application Barcode Scanner…et je me demande bien pourquoi je ne l’ai pas fait plus tôt !

Jusqu’à présent, je faisais partie de ces bibliothécaires très discrètes qui déambulent dans les rayons des librairies avec des listes electre, un bloc notes et des crayons pour rayer, annoter, relever les titres des livres pour faire mes acquisitions ce qui avait quelques conséquences…

D’abord, on s’étale légèrement sur les tables de présentation des libraires, ensuite il est assez fréquent que des clients nous demandent des renseignements et là, on est partagé entre l’envie de répondre à leur demande en bons bibliothécaires que nous sommes et notre souci de laisser le libraire faire son boulot (voire aussi de signaler l’air de rien qu’on a ce livre à la bibliothèque et que l’inscription est gratuite…).

Le pire, c’est quand on fait du repérage dans une librairie chez qui on ne commande même pas (loi des marchés oblige). Personnellement, quand ça m’arrive, je ne me sens pas du tout à mon aise…

Mais tout cela est bien fini grâce à l’application Barcode Scanner que j’ai testée cette semaine.

Il suffit de télécharger cette application gratuite sur son smartphone (android) et elle scanne les codes barres QR et les classiques sur les livres, les CD, les DVD… grâce à l’appareil photo.

Dans les paramètres, on se met en mode rafales et comme ça, on scanne à la suite les codes barres des documents que l’on a repéré. Quand on a terminé, on envoie l’historique par mail qu’on reçoit sous la forme d’un fichier .csv.

Ensuite, il suffit d’aller sur Electre, de faire une recherche ISBN, puis de charger un fichier de numéros, parcourir, on sélectionne son fichier, on charge et hop, les références apparaissent dans Electre, on les intégre à son panier et c’est terminé !

C’était la première fois que j’utilisais cette application et je suis conquise, c’est un gain de temps énorme et ça fait quand même un peu plus bibliothécaire 2.0 !

Barcode Scanner propose d’autres fonctionnalités que je vais prendre le temps de découvrir mais je sais d’ores et déjà que je ne viendrais plus en librairie avec mon calepin !

photocat barcode scanner

©tribulationsdunebib

Poster un commentaire

Classé dans Vie de bib