Archives de Catégorie: Polars

Miséricorde, Jussi Adler-Olsen

9782226229939,0-1257403

Miséricorde, Jussi Adler-Olsen

Albin Michel, 2011

Pourquoi Merete Lyyngaard croupit-elle dans une cage depuis des années ? Pour quelle raison ses bourreaux s’acharnent-ils sur la jeune femme ? Cinq ans auparavant, la soudaine disparition de celle qui incarnait l’avenir politique du Danemark avait fait couler beaucoup d’encres. Mais, faute d’indices, la police avait classé l’affaire. Jusqu’à l’intervention des improbables Carl Morck et Hafez el Assad du Département V, un flic sur la touche et son assistant d’origine syrienne. Pour eux, pas de cold case …

Miséricorde, premier roman policier du danois Jussi Adler-Olsen repose sur un duo d’enquêteurs charismatiques et plein d’humour. D’un côté, l’inspecteur Carl Morck qui se remet difficilement de sa dernière affaire dans laquelle son équipier s’est retrouvé paralysé dans des circonstances controversées et de l’autre côté, Hafez el Assad, homme de ménage à première vue mais qui l’air de rien va se révéler étrangement indispensable. A eux deux, ils forment un nouveau service appelé le Département V qui prend en charge des affaires non élucidées sauf que Carl Morck souhaite surtout se la couler douce, boire des cafés, faire des siestes et accessoirement séduire sa psy. Avec l’aide d’Assad, la disparition de Merete Lyyngaard cinq ans plus tôt va le remettre sur les rails.

Jussi Adler-Olsen maitrise le rythme soutenu de son intrigue en alternant des chapitres sur Merete puis sur Carl et Assad. Pas le temps de s’ennuyer, l’enquête progresse vite, les personnages principaux sont attachants (je me demande bien ce que cache Assad…) et très drôles. Bref un bon polar, hâte de découvrir d’autres enquêtes du département V ! On m’a fortement conseillé son dernier roman Dossier 64 .

Et pour ceux qui se rendront au 24h du polar nordique à Caen, Jussi Adler-Olsen sera à la bibliothèque d’Hérouville Saint-Clair pour la remise du prix d’honneur des Boréales.

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Polars

Crimes glacés : 50 recettes inspirées des polars scandinaves

9782501089784-GCrimes glacés : 50 recettes inspirées des polars scandinaves
Anne Martinetti et Guillaume Lebeau
Marabout, 2013

Vous aimez la bonne cuisine et les romans policiers venus du froid, alors vous allez succomber à Crimes glacés, un livre de recettes scandinaves mais pas seulement, il s’agit surtout d’un bel ouvrage original mettant en valeur la richesse culinaire et policière de la Scandinavie.
Guillaume Lebeau et Anne Martinetti nous font découvrir la cuisine nordique à travers des recettes inspirées des polars scandinaves. Ils nous entrainent de la Suède avec le filet mignon en croûte sauce porto d’Erica Fälck à la Norvège, déguster le croustillant à la rhubarbe d’Harry Hole en passant par l’Islande, découvrir la tarte à la crème d’Erlendur Sveinsson.

L’ouvrage est organisé en 5 chapitres, un pour chaque pays (Suède, Islande, Norvège, Danemark et Finlande). Il présente les spécificités culinaires par le prisme des romans policiers et de leurs personnages principaux. Ponctué de nouvelles et d’extraits des romans de Jo Nesbo, Stieg Larsson, Ake Edwardson, Gunnar Staalesen entre autres,  ce livre est un régal à feuilleter, les photos sont élégantes, la mise en page est vraiment soignée et on plonge avec délice dans l’intimité de Erik Winter, Mikael Blomkvist, Erlendur Sveinsson ou encore Varg Veum.
Enorme coup de cœur pour ce livre !

Pour en savoir davantage sur le polar nordique, rencontrer les auteurs phares et pourquoi pas, dîner avec eux… allez faire un tour à Caen, le festival les Boréales organise les 24h chrono du polar nordique du vendredi 28 au samedi 29 novembre 2014 avec une programmation impressionnante : rencontre avec Vidar Sundstol, auteur de la trilogie du Minnesota, Monica Kristensen, Viveca Sten, Martti Linna, Jussi Adler Olsen… un focus sur le succès de la collection Actes noirs, la projection de l’intégral de la saison 1 de Broen, programmation du documentaire La police des rennes d’Olivier Truc, un déjeuner nordique au café Pouchkine…

Vous prendrez bien un peu d’Aquavit pour digérer tout ça ?!

 

 

2 Commentaires

Classé dans Cuisine, Documentaires, Festivals, Polars

La conjuration primitive, Maxime Chattam

La conjuration primitive, Maxime Chattam

Albin Michel, 2013

Des meurtres sanglants déciment la France, tous reliés par un mystérieux symbole *e gravés à même la chair des victimes. Bientôt, ces crimes se propagent à l’Europe laissant les forces de polices dans l’impasse. Alexis Timée, gendarme à la section de recherches de Paris décide de faire appel à Richard Mikelis, criminologue hors pair à la retraite, pour tenter de pénétrer l’esprit et comprendre les motivations de ces serials killers que rien ne semble arrêter.

Brrr, ça fait froid dans le dos et c’est normal avec Maxime Chattam. Il nous entraîne avec brio dans des abîmes de noirceur et de violence au plus proche d’une nature humaine effrayante. Les meurtres se succèdent avec une cruauté toujours plus dérangeante jusqu’au final qui vous laisse sans voix.

A plusieurs reprises, j’ai refermé le livre en me disant que je ne pouvais pas lire ça, mais toujours la curiosité l’emporte. Il faut dire que Maxime Chattam excelle à installer une ambiance glaçante, on frissonne parce qu’on sait que tout peut arriver et on se demande si c’est possible dans la vraie vie… Il joue avec nos nerfs avec beaucoup de talent et j’en redemande, alors je vais enfin lire la Trilogie du mal.

Poster un commentaire

Classé dans Polars

Le mois le plus cruel, Louise Penny

9782330009410

Le mois le plus cruel, Louise Penny

Actes noirs, 2012

Résumé éditeur :
Durant le week-end de Pâques, le village de Three Pines s’anime le temps d’une grande chasse aux oeufs. Mais une fois la nuit tombée, le monde des vivants se mêle à celui des morts. Lorsque Armand Gamache arrive le lendemain, l’inspecteur-chef de la Sûreté du Québec découvre une scène de crime des plus inhabituelles. Dans la vieille maison abandonnée des Hadley, où il a déjà failli perdre la vie, une séance de spiritisme, organisée pour libérer la demeure du mal qu’elle recèle, s’est terminée de façon tragique. Un corps sans vie gît à terre, celui d’une participante apparemment morte de peur. Mais Gamache a appris à se méfier des apparences. Il sait que le décor de carte postale de la petite bourgade des Cantons-de-l’Est cache d’inavouables secrets. Il sait que l’explosion de vie du printemps dissimule des pulsions de mort. Il sait que l’un des siens est sur le point de le trahir. Dans cette nouvelle enquête, les lecteurs de Louise Penny retrouveront avec bonheur l’inspecteur-chef Gamache, sa veste de tweed impeccable, son côté délicieusement suranné, son physique de bon vivant, ses longues promenades méditatives, et cette façon de se tenir debout quand tout le monde pense qu’il est sur le point de tomber.

Mon avis :

J’ai découvert Louise Penny, écrivain canadien avec le roman policier Sous la glace que j’avais fortement apprécié. Et bien, cette nouvelle enquête d’Armand Gamache est encore mieux. Le mois le plus cruel allie une enquête bien ficelée, un inspecteur malmené par sa hiérarchie, en proie à des trahisons internes et l’ambiance si chaleureuse de ce village isolé de Three Pines qui m’avait tant plu dans son précédent roman.

Louise Penny exploite parfaitement les failles et les secrets de ces habitants car le village de Three Pines abrite de sacrés personnages avec de fichus caractères entre Ruth Zardo la poétesse qui se prend d’affection pour des canetons et décide de les élever, Odile qui aspire à devenir poète et déclame ses vers à qui veut bien l’écouter et le couple infernal, Gabri et Olivier qui tiennent un bistro, poumon du village. Cependant, tous tremblent devant la vieille maison abandonnée des Hadley, le lieu du crime, qui fascine autant qu’il effraie.

L’inspecteur-chef Gamache est à la hauteur, c’est lui qui fait tout le charme des romans policiers de Louise Penny. Son charisme, sa force face à ceux qui essaient de le faire tomber, ses promenades méditatives au coeur de la tourmente et sa relation touchante avec son équipier Jean-Guy Beauvoir, qui aime profondément son supérieur comme un père, en font un personnage qu’on a envie de suivre longtemps. Il me rappelle beaucoup le personnage du commissaire Adamsberg dans les romans de Fred Vargas.

Vous trouverez ICI une interview très intéressante de l’auteur où j’ai appris qu’elle en était à sa 8ème enquête avec Armand Gamache, vivement qu’ils soient traduits en france !

En attendant, il est grand temps pour moi de lire son premier opus, Nature morte.

77158541_o

 lu dans le cadre du challenge Thrillers et polars

organisé par Liliba

2/8

2 Commentaires

Classé dans Polars